du 9 au 18 mai
9 mai Fête de l'Europe
du 16 au 23 novembre

  • French (Fr)
  • English (United Kingdom)
  • Deutsch (DE-CH-AT)
  • Română (România)
Les "Coups de Coeur" des Journées du Livre Européen

Depuis 2010 nous avons créé les « Coups de Cœur » des Journées du Livre Européen.

 

Les libraires ou organisateurs des Journées du Livre Européen mettent en valeur les livres qu’ils trouvent particulièrement intéressants sur le thème du livre européen ou sur des sous-thèmes : gastronomie, conte…

 

 

Almentaire mon cher Watson !


Photographe : Philippe Asset
Editeur : Chêne
Date de parution : mai 2010


La cuisine anglaise est restée longtemps assez mystérieuse et pleine d’énygmes. Anne Martinetti, auteur de polars et en même temps de livres de cuisine, s’est lancée sur sa piste. L’auteur a déjà fait une enquête sur le monde criminel et gastronomique d’Agatha Christie et Alfred Hitchcock avec « Crèmes et Châtiments » et « La sauce était presque parfaite », maintenant c’est le tour d’Arthur Conan Doyle et de son personnage, Sherlock Holmes.


Le résultat de cette recherche est le livre intitulé « Alimentaire, mon cher Watson », qui présente les principales enquêtes de Sherlock Holmes, avec citations, extraits et dessins, et donne en parallèle les recettes de cuisine concernées de près ou de plus loin.


On s'imagine rarement un des plus célèbres détectives du monde, armé d'un couteau et d'une fourchette, en train de manger un bon petit plat. Et pourtant, il fréquente le célèbre restaurant de Londres, Simpson's, il se régale des spécialités italiennes et apprécie la valeur du vin français. Ce livre nous fait entrer dans l'univers gourmand d'Arthur Conan Doyle et découvrir les péchés mignons du grand détective au fil de ses enquêtes... On a de la chance de gouter la brioche de Mrs Hudson, les desserts italiens ou les tourtes de Cornouailles en compagnie d'Henry Baskerville…


Ces recettes sont illustrées avec les photos originales de Philippe Asset qui donnent à cet œuvre une jolie touche « british and rétro » pour compléter l’image de l'univers gastronomique de l'Angleterre victorienne. D’ailleurs il n’y a pas que la cuisine anglaise, mais aussi celle de l'Italie ou de l'Afrique du Sud. Un vrai tour du monde gourmand au fil des aventures et des voyages de Sherlock Holmes et de Conan Doyle...


Cet œuvre donne envie de lire et relire les enquêtes de Sherlock Holmes et, en même temps, il nous fait découvrir le meilleur dans la gastronomie anglaise.
Le ton du livre garde le style particulier des romans et nouvelles d’Arthur Conan Doyle, avec la documentation très attirante donnant envie aux lecteurs de faire leurs propres « enquêtes » dans la gastronomie anglaise – la cuisiner et la déguster évidemment.

 

Europe mon amour

 

Auteur : Emmanuelle Grün
Edition : Yvelinédition


Emmanuelle Grün, écrivain, professeur de Français Langue Etrangère, a été intéressée par la période gréco-romaine, ce qui lui a permis de réaliser son projet de transcription et d’adaptation des mythes antiques au monde contemporain. « Europe, mon amour » est le premier ouvrage d’une série de romans mythologiques.


Le roman mythologique contemporain est un genre romanesque atypique et pour lequel le lecteur n'occupe pas une position totalement passive. Proposant une aventure à la fois réelle et psychologique, il fait aussi partie des personnages.


« Europe, mon amour » propose une version moderne du mythe d’Europe. Pour ceux qui ne connaissent pas le mythe, Europe était la maîtresse de Zeus et cette légende a donné le nom au continent.
Ce roman propose un contexte réel et une vision du monde actuel, comme le ferait un « roman ordinaire », les personnages pourraient ressembler à nos voisins, aux gens qu’on croise dans les rues, à quelqu’un typique et très banal. Mais le mythe intervient. Il change la réalité, elle n’est plus la même, du moins son interprétation. En même temps certains personnages cachent leur véritable identité. Donc il y a un suspense.


Au début, tout est assez commun. L’héroïne principale de ce livre, Mademoiselle Spartanikès, quitte sa ville natale Athènes pour le travail dans une université parisienne, comme assistante de Monsieur Germont, un professeur de linguistique qui est aussi chercheur. Mais cependant, l’apparition d’un taureau blanc, une succession de faits-divers va progressivement faire basculer l’ordinaire d’une situation en une épopée ahurissante, où amour et destinée deviennent objets de questionnements.
Europe, mon amour montre comment les Grecs ou les Romains pouvaient voir leurs mythes. En appartenant au temps présent, les mythes redeviennent vivants, alors qu'ils n'ont aucun sens et sont comme morts si on les laisse dans une littérature du passé.

Cette manière aussi de découvrir le monde d’aujourd’hui sous un angle inattendu permet de comprendre la situation en Europe de nos jours à travers des mythes gréco-romains. Ce sont là les questions les plus essentielles qui peuvent être posées, concernant notre démocratie, notre crise économique etc., car ce roman mythologique a un avantage sur tous les autres genres romanesques : en redonnant à notre monde actuel, un passé, il lui redonne aussi un avenir. Cet œuvre participe aussi à cette idée de l’Europe culturelle que nous voulons construire comme le ciment de l’idée européenne.
Emmanuelle Grün, écrivain, professeur de Français Langue Etrangère, a été intéressée par la période gréco-romaine, ce qui lui a permis de réaliser son projet de transcription et d’adaptation des mythes antiques au monde contemporain. « Europe, mon amour » est le premier ouvrage d’une série de romans mythologiques.


Le roman mythologique contemporain est un genre romanesque atypique et pour lequel le lecteur n'occupe pas une position totalement passive. Proposant une aventure à la fois réelle et psychologique, il fait aussi partie des personnages.
« Europe, mon amour » propose une version moderne du mythe d’Europe. Pour ceux qui ne connaissent pas le mythe, Europe était la maîtresse de Zeus et cette légende a donné le nom au continent.
Ce roman propose un contexte réel et une vision du monde actuel, comme le ferait un « roman ordinaire », les personnages pourraient ressembler à nos voisins, aux gens qu’on croise dans les rues, à quelqu’un typique et très banal. Mais le mythe intervient. Il change la réalité, elle n’est plus la même, du moins son interprétation. En même temps certains personnages cachent leur véritable identité. Donc il y a un suspense.


Au début, tout est assez commun. L’héroïne principale de ce livre, Mademoiselle Spartanikès, quitte sa ville natale Athènes pour le travail dans une université parisienne, comme assistante de Monsieur Germont, un professeur de linguistique qui est aussi chercheur. Mais cependant, l’apparition d’un taureau blanc, une succession de faits-divers va progressivement faire basculer l’ordinaire d’une situation en une épopée ahurissante, où amour et destinée deviennent objets de questionnements.
Europe, mon amour montre comment les Grecs ou les Romains pouvaient voir leurs mythes. En appartenant au temps présent, les mythes redeviennent vivants, alors qu'ils n'ont aucun sens et sont comme morts si on les laisse dans une littérature du passé.


Cette manière aussi de découvrir le monde d’aujourd’hui sous un angle inattendu permet de comprendre la situation en Europe de nos jours à travers des mythes gréco-romains. Ce sont là les questions les plus essentielles qui peuvent être posées, concernant notre démocratie, notre crise économique etc., car ce roman mythologique a un avantage sur tous les autres genres romanesques : en redonnant à notre monde actuel, un passé, il lui redonne aussi un avenir. Cet œuvre participe aussi à cette idée de l’Europe culturelle que nous voulons construire comme le ciment de l’idée européenne.

 

La petite bonne de Casablanca

 

Auteur : Lahsen Bougdal
Editeur : L’Harmattan

Date de parution : octobre 2010


« Je suis une loque. Une épave. Je suis une branche qui craque. Un fruit rongé par les vers. L'âge mûr c'est avant que l'on tombe. Par terre. Mon tronc est un nid de termites. Une architecture ancestrale de souffrances. Je suis une acthédrale laminée par des champignons invisibles. Une ruine sans histoire. Je suis une bonne. Une esclave. Une folle. Je suis Safia, la petite bonne de Casablanca » .

Lahsen Bougdal, enseignant-chercheur, écrivain, d’origine marocaine, a sorti son nouveau livre « La petite bonne de Casablanca » aux éditions l’Harmattan.
Ce livre raconte une histoire d’une petite bonne Safia, qui vient d’une famille pauvre d’un petit village au Sud du Maroc, et qui devient une bonne dans une maison riche à Casablanca. « Très jeune elle cumule déjà les souffrances : la famine, le travail dans les champs, la répudiation de sa mère, l’indifférence du père, et la violence de la belle-mère » .


Dès les premières lignes le roman nous plonge dans une réalité des bonnes et de leurs conditions de vie cruelle et injuste qu’elles peuvent subir dans la société marocaine. Lahsen Bougdal dénonce cette réalité. Il confronte la petite bonne, la créature la plus minuscule, la plus faible, à Casablanca, la plus grande métropole du Maroc, la ville peuplée par des gens insensibles, selon l’avis de l’auteur. Ecrire pour lui, « c’est crier cette injustice, prendre la parole pour témoigner et dénoncer. La seule manière de prendre le pouvoir c’est par les connaissances et la maîtrise du verbe » .


« En créant le décalage entre ce monde et les origines de Safia, le portrait devient saisissant et bouleversant de réalisme. En regardant dans ce miroir fidèle à notre réalité, c’est bien le visage de notre société inhumaine qui se profile devant nous. Par le grossissement du trait, la dénonciation en devient, efficace » .
Ce livre est un des pas importants pour le développement du Maroc, pour son avenir...

 

Les figurants

 

Auteur : Louis Salvatore Bellanti
Editeur : Yvelinedition
Date de parution : 06/12/2010


D'origine sicilienne, Louis Salvatore Bellanti, écrivain, scénariste, journaliste, a sorti son nouveau livre aux éditions Yvelineditions.
Cette fois, grâce à son sens du récit, l’auteur nous plonge dans le monde du cinéma, le monde d’illusions et d’orgueil, le monde où tout est irréel.
Les personnages principaux, Jeoffrey et Marion, sont des figurants, qui ne jouent que de petits rôles, qui courent des castings… Et tout d’un coup, un crime, après l’enquête de police dans le milieu du cinéma rentre dans leur destin, et là ce sont eux qui jouent le premier rôle, sauf que ce n’est plus le cinéma, c’est la vrai vie où il n’y a ni trucages, ni effets spéciaux, il faut tout supporter pour de bon.
En même temps, ce roman a son côté fantastique avec la présence d’un acteur mythique.
« Les figurants » est un livre sur le coté obscure du cinéma. Dans cet œuvre il y a tellement de sentiments différents qu’on a l’impression de regarder un film.

 

Ma langue au chocolat

 

Auteur : Fabienne Gambrelle, Michel Richart
Editeur : Flamarion
Date de parution : octobre 2008

Gourmande de naissance, historienne de formation, et écrivain de métier, Fabienne Gambrelle écrit des livres, et des films d’animation pour des séries télévisées destinées aux enfants.

Le livre de cuisine 100% chocolat « Ma langue au chocolat" nous propose un voyage de découverte et de dégustation dans l'univers du chocolat avec les meilleurs moments chocolatés de la littérature. Colette et les truffes, la crème au chocolat et Proust, le chocolat chaud et Casanova, tout le monde y passe, sans oublier des écrivains plus contemporains (JK Rowling, Amélie Nothomb ou Philippe Deler), enfin les plus gourmands ! Le livre s’apparente à un jeu littéraire.

Le chocolatier Michel Richart adapte ces moments en recettes. Cette aventure littéraire sera accompagnée d’une excursion lexicale… et gourmande en même temps !
La première partie du livre est consacrée au parler chocolaté, où l’on apprend le vocabulaire de la cacao culture, les mots des chimistes, le cacao marchand, le langage des chocolatiers, le chocolat des biscuitiers-des glaciers-des pâtissiers, le chocolat des cuisiniers et des barmen, la terminologie des pharmaciens et des docteurs, paroles de dégustateurs…et même le fait que sous l’Ancien Régime, le chocolat se présentait entre autres sous forme de boudins…

La deuxième partie propose plein de recettes chocolatées qui ont été évoquées dans la littérature. Parmi elles, les chocolats chauds de Tartarin de Tarascon et d'Hercule Poirot, le soufflé au chocolat de l'oncle Bachelard, le gâteau de Jean-Paul Sartre…

C’est un petit livre qui fera craquer les croqueurs de chocolat et de littérature...

 

Une tâche infinie

 

Auteur : Philippe Herzog

Editeur : Edition du Rocher
Date de parution : octobre 2010


Après 15 mois de travail Philippe Herzog (président-fondateur de Confrontations Europe, ancien député européen et aujourd’hui conseiller spécial auprès Michel Barnier au Marché intérieur) sort un nouveau livre « Une tâche infinie ».


Ce livre sert à mieux comprendre la situation actuelle en Europe, propose de nouvelles solutions sur la façon de l’existence et du développement d’Europe. Philippe Herzog fait appel aux Européens pour qu’ils s’engagent afin de construire leur nation, cette « tâche infinie ».


Selon l’auteur, « l’Europe a le plus grand mal à redéfinir son identité et sa place parmi les régions du monde ». « Dans son ouvrage il pose la question de l’identité européenne : est-ce qu’une civilisation française existe autant qu’il existe une civilisation européenne ? »


Il faut construire cette culture commune, mais « il ne faut pas faire table rase de notre héritage ». La démocratie, aujourd’hui nationale en Europe, n’est pas suffisante. Selon l’auteur, elle ne devrait pas se définir par le gouvernement représentatif, mais plutôt par la volonté et la capacité pour des gens se réunir, afin de partager des choix collectifs, de s’auto-organiser et d’agir ensemble. Le gouvernement représentatif étant « miné de l’intérieur et contrôlé de l’extérieur », le maintien de la démocratie passe donc par la participation de la société civile.


Philippe Herzog propose également la création d’un « nouveau modèle social fondé sur une nouvelle vie active ». Pour réaliser cette idée, il parle de la mise en place d’un capitalisme partenarial qui rapproche le public et le privé et réhabilite les biens publics plutôt que la consommation. Pour lui, la clé du projet de transformation sociale est l’éducation et la culture.
Pour tout Européen ce livre est incontournable et il rejoint la volonté des Journées du Livre Européen de participer au dialogue des cultures et de « faire vivre l’Europe par la culture ».

 

Trois ânes

 

Auteur : Michel Séonnet
Illustrateur : Jean-François Martin
Editeur : L’Amourier
Date de parution : 2009


Le Niçois Michel Séonnet, qui vient de publier « Trois ânes » aux éditions L’Amourier, est bien connu pour ses romans, ses essais, ses carnets et ses albums jeunesse. Plus d’une trentaine de titres, sans compter ceux consacrés à l’œuvre d’Armand Gatti, réalisateur, homme de théâtre et écrivain.
Avec « Trois ânes », il aborde le monde imaginaire, sous le bruit des sabots volontaires de Semper (en latin : Toujours), un âne exceptionnel qui va amener trois enfants (Lino, Samir, Sara) sur la route de l’histoire de la Seconde Guerre Mondiale.


« Trois ânes » n’est pas un récit historique et pourtant l’Histoire est à la base de ce conte qui inscrit dans une même boucle narrative plusieurs destins individuels pour lesquels, chaque fois, c’est un âne qui joue le rôle principal.


Les héros du livre suivent l’âne Semper qui doit les conduire très haut près de la frontière italienne dans un chalet de montagne où Ana Roth, la grand-mère juive de Sara, a été sauvée de la barbarie nazie. Le lecteur découvre de récit en récit que, dans ce même lieu, sont aussi passés Abdelkader Benaissa, grand-père de Samir, tirailleur algérien tué en 1944, et Attilio Barbero, grand-père de Lino, en 1936, militant antifasciste italien. On voit que les destins des héros se croisent.


Les conflits anodins qui opposaient les trois enfants et même leurs familles, du fait de leurs origines respectives, se dénouent dans l’ascension vers une vérité encore inconnue de tous, sauf l’âne Semper et d’Ana Roth dont la mère arrachée à son foyer par les nazis avait prédit à sa fille dissimulée dans un placard qu’un âne la ramènerait bientôt.


La composition du conte, avec finesse et poésie, réjouit les lecteurs de tous âges. Il suffit de se laisser guider par l’âne, chargé symboliquement du poids de l’Histoire, et pénétrer par la langue expressive et réconfortante de Michel Séonnet.

 

Dolce Vita

 

Auteur : Simonetta Greggio
Editeur : Stock
Date de parution : octobre 2010


S'il se propose comme un roman, c'est peut-être davantage comme un récit historique très singulier que l'on appréhende ce texte de l'écrivaine Simonetta Greggio. Ou, pour mieux dire, comme un documentaire à la forme extrêmement particulière, véritable travail d'auteur ayant cherché, et trouvé, une construction, un principe de montage susceptible de convenir à son propos : raconter vingt années de l'histoire de l'Italie contemporaine, et ancrer cette double décennie 1959-1979 dans l'histoire à plus long terme d'un pays dont on connaît aujourd'hui l'état de déréliction.


Le récit s'ouvre à la date du 3 février 1960, alors qu'a lieu à Rome la première de La Dolce vita, le film de Fellini. Il s'achèvera vingt ans plus tard, au lendemain de l'assassinat d'Aldo Moro, à la veille du terrible attentat de la gare de Bologne où, le 2 août 1980, une bombe tua 85 personnes. Entre les deux, c'est un drôle d'opéra, magnétique autant que délétère, que met en scène Simonetta Greggio, à coup de scènes brèves se succédant sans transition, où le réel (faits divers souvent scabreux, scandales et secrets politiques, relents du passé fasciste, violence politique et privée, déliquescence morale...) se mêle à la fiction. Cela, à travers la figure imaginaire du prince Malo, personnage flamboyant, grand seigneur et jouisseur, dont le roman est en quelque sorte la confession, recueillie des années plus tard, en 2010, par un jeune jésuite. Le dialogue entre les deux hommes attache moins, cependant, que la reconstitution prenante, fiévreuse, de l'atmosphère d'un pays chaviré entre corruption et volupté.


Nathalie Crom

Telerama n° 3176 - 27 novembre 2010

 

Fille des frontières

 

Auteur : Fatéma Hal
Editeur : Philippe Rey
Date de parution : avril 2011

« Etonnant destin que celui de Fatéma Hal, entre sa naissance à Oujda et son installation à Paris, où elle a créé son célèbre restaurant Le Mansouria. Entre-temps, après un mariage à dix-huit ans, trois enfants, des études à l’université de Vincennes, un divorce et de multiples engagements dans le monde associatif, elle aura entrepris un travail de plusieurs décennies auprès des cuisinières de son pays pour recueillir leur fabuleux héritage.

Fatéma Hal revient sur son enfance, marquée par l’absence de père, dans un univers de femmes : Mansouria, sa mère, sa tante Yamina, chanteuse pour femmes, les Dadas, anciennes esclaves à qui elle rend hommage. Un récit mêlant humour, personnages fantastiques, sublimes vengeances, saveurs de la cuisine, youyous, chants d’Oum Kalsoum… mais aussi guerre d’indépendance algérienne, misère, répudiations, immigration…

Née entre le Maroc et l’Algérie, établie en France, ambassadrice de la cuisine marocaine, Fatéma Hal est fille des frontières. Si son histoire nous touche autant, c’est parce qu’elle a su refuser un ordre établi et tracer sa propre route, en veillant toutefois à maintenir un lien entre les pans de sa vie. »

J’ai appris avec ce livre plus que j’avais sur la vie marocaine. J’ai mieux compris les liens entre marocains et algériens alors que l’Afrique a fermé la frontière avec le Maroc.

J’ai surtout admiré la volonté farouche de l’auteur de se cultiver, de réussir, mais aussi apprécié sa démarche sociale et fraternelle vers les autres.

J’ai surtout passé de bons moments avec ce livre et subi des envies « gastronomiques » très fortes.

Fatéma Hal est l’auteur d’une dizaine de livres dont les plus connus, « Les saveurs et les gestes » et « Le livre du couscous », mêlant cuisine, ethnologie et histoire, sont devenus des ouvrages de référence

 

 

 


 

?
 
Contact - Mentions légales
Conception & réalisation : Agence web Les-Créaphistes - Augé ID UP - JC.Augé Communication